Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Comment rendre la perte et le manque moins difficiles

Comment rendre la perte et le manque moins difficiles

Le 14 novembre 2016
Faire face au manque, à la perte, au sentiment de vide qui nous envahit lors d’une séparation, d’une absence, d’un deuil, à la sensation d’être incomplet...
Qui n’a pas connu ce sentiment de manque, de vide, qui nous donne la sensation d’être incomplet... ?

L’absence d’un proche, d’un ami, d’un enfant, d’un conjoint se fait ressentir, nous déstabilise.

Mais qu’est ce qui nous fait ressentir ce manque, si ce n’est cette sensation d’avoir perdu une part de nous-même qui a été arrachée... Le départ pour une autre contrée, le déménagement d’un enfant, d’un proche, la distance peut causer ce manque, c’est ce qui arrive le plus souvent. Quelques fois la perte n’est pas définitive, il est alors possible de poursuivre l’histoire. Mais l’expérience du manque la plus déchirante est celle de la perte irrévocable : la mort.

L’absence est si grande qu’il devient difficile de faire face. Et pourtant nous savons que le temps va œuvrer et nous « consoler » de cette perte que nous avons tendance à refuser au début.

Le temps peut faire office de guérisseur : il n’efface pas notre mémoire, il l’estompe ; la douleur ne part pas, elle devient moins pénible.

On voudrait parfois que les jours passent plus vite, pour rendre l’absence moins difficile... On peut essayer de lâcher-prise, c’est parfois possible la nature nous y aidant... Les effets bénéfiques du temps font leur œuvre.

Etre accompagné dans cette période ou le manque et la perte se font ressentir, nous permet d’être écouté et de mettre des mots sur ces sensations, ce vide, et laisser la place au présent.  
 

Située à Wambrechies (59) à quelques kilomètres de Lille, je reçois et accompagne adultes et enfants.